À propos

Qui sommes-nous ?

Le Carnet ARC a pour vocation d’accompagner des Ateliers d’Archéologie comparée, notamment en donnant le programme de nos rencontres et en en publiant des comptes-rendus, mais aussi en proposant, le cas échéant, des notes de lecture, des billets d’humeur…

Les Ateliers d’Archéologie Comparés associent chercheurs et doctorants appartenant à des équipes ou à des laboratoires différents et qui travaillent ensemble.  Hélène Brun-Kyriakidis (Paris-Sorbonne, Orient et Méditerranée, équipe ACT), Michèle Brunet (Lyon 2-Lumière, HISOMA) et Antoine Gournay (Paris-Sorbonne, CREOPS) en constituent le « comité de pilotage ».

Que faisons-nous ?

Nos Ateliers revêtent diverses formes : certains sont des séminaires de recherche où nous travaillons, en comité restreint, sur divers sujets, en sorte d’en tester la faisabilité, d’en mesurer l’opportunité ou l’intérêt scientifique ; des ateliers publics, dont la périodicité est plus variable, constituent des journée d’études avec un programme défini et des personnalités scientifiques appartenant à divers champs de la recherche archéologique. Enfin, nous organisons régulièrement des « séminaires sur sites » ou des « voyages d’étude » où nous nous confrontons à des cas réels.

Que pensons-nous ?

Le comparatisme en sciences humaines a été quelque peu délaissé ces dernières années au profit de la pluridiscipline. L’archéologie s’est ainsi nourrie, à l’instar de l’histoire, de la rencontre et des échanges avec des disciplines diverses – d’autres sciences humaines (histoire, philologie, sociologie, anthropologie…) ou des « sciences dures » (qu’elles soient « auxiliaires » de l’archéologie, carpologie, zoologie, physique ou chimie appliquée à l’archéologie, etc., ou que les chercheurs soient véritablement associés dans des approches plutôt « transdisciplinaires »). L’inconvénient résidait dans l’addition inarticulée de disciplines d’âges et de définitions différentes sinon incompatibles.

La comparaison demeure pourtant un puissant moteur de créativité scientifique, tant pour l’archéologie que pour les sciences de l’homme d’une manière générale. L’approche comparative permet d’éprouver des démarches professionnelles et parfois de les renouveler ; elle suggère aussi des pistes de recherches nouvelles. En décloisonnant les « archéologies », en les sortant de leur cadre géo-chronologique, on favorise, dans nos domaines, un questionnement général sur la « culture matérielle ». Sans s’interdire la « micro-histoire » qui est le lot le plus commun de l’archéologie, elle peut, par la comparaison, aborder des questions sur le temps long et dans une géographie distendue.

L’approche comparative ne peut toutefois s’opérer sans une construction théorique préalable qui seule permet de s’entendre sur les termes à comparer, faute de quoi elle n’évite pas l’écueil du formalisme et d’un réductionnisme de l’inconnu au connu, d’une situation historique à une autre. Pour une part en effet ces tendances ont été cause d’un certain désamour des sciences humaines envers le comparatisme, ou de la méfiance justifiée qu’il a suscitée. Car la comparaison peut conduire aussi à la simplification ou au nivellement des divergences. Ce qui est à comparer en effet, c’est l’identité des processus dans la diversité des contenus, des réponses historiques différentes à des problèmes dont les mécanismes sont communs. Il s’agit en cela du raisonnement par modèle d’un comparatisme théoriquement fondé. C’est la raison pour laquelle nous nous efforçons, lors de nos séminaires, de progresser dans la construction d’une anthropologie de l’art fondée sur l’anthropologie générale de Jean Gagnepain (la Théorie de la Médiation) en sorte de disposer d’un modèle de l’équipement technique exploitable dans des situations historiquement diverses. Nous pensons en effet que le recours à un modèle anthropologique est le seul moyen de proposer un comparatisme vraiment heuristique.