Un rouage de machine à vêtir : le bijou

Par Pierre-Yves Balut

Maître de conférences HDR émérite de la Sorbonne-Université, historien de l’art et archéologue.

1

Ceci n’est pas une étude sur le bijou .
Mais une tentative d’en parler en sorte qu’il soit placé plus fondamentalement dans les sciences humaines, non comme un objet d’art et encore moins restrictivement d’histoire de l’art, mais avant tout comme le vêtement qu’il est, comme un objet structuré par la raison technique par laquelle sa manipulation produit autant de l’activité, de l’être et de la satisfaction, que de l’effet comme représentation. Il faut donc sortit ici des traitements habituels de la question.
Car l’éminente qualité des matières, les remarquables savoir-faire de leurs mises en forme font avec évidence, du monde des bijoux, un monde à part. L’immensité des compétences, de quelque mine de Golconde aux polissoirs des diamantaires des Indes ou d’Anvers, des places financières aux établis des joailliers, dans les combles d’un hôtel de la place Vendôme ; la fascination des couronnes souveraines, des anneaux prélatices, des parures féminines : tout conforte le bijou et ses études dans une place à part de tous les arts, celle des convoitises, des admirations éblouies. Et donc tout conforte les études spécifiques d’un objet si remarquable, de ses arts et métiers si complexes et particuliers.
Or, comme part de l’habillage, on pourrait dire que cet objet, pourtant bien réel, n’existe en quelque sorte pas, et ce n’est pas un paradoxe. De même qu’un rouage, tout difficile à produire et délicat à usiner qu’il soit, n’a malgré tout aucun « sens » et n’existe en stricte réalité technique qu’intégré à l’intérieur du mécanisme où il trouve son explication, sa « raison d’être », plus exactement où il fonctionne en terme de technique ; de même le bijou n’est en définitive qu’un dispositif particulier dans ce qui pourrait s’appeler la machine vestimentaire ; il n’est jamais un appareil indépendant, même si sa seule production est tout un monde admirable. En dépit de toutes les apparences, il n’est pas autonome et se trouve lié de toutes les façons aux autres pièces vestimentaires, avec lesquelles il forme système, tant esthétiquement, dans leur ordonnancement technique, que pratiquement, dans les finalités qui ainsi s’outillent.
Il faut donc assurément changer ce point de vue si commun à toutes les manières de rendre compte du vêtement en général, du bijou en particulier, cette considération passionnée des techniques de couture, de bijouterie, et des créateurs, des fabrications de tissus et des couturiers, des entreprises, des marques et des maisons de couture ou de joaillerie, bref, des techniques de production du produit et de leurs organisations professionnelles. Toute la problématique du vêtement – donc du bijou – en effet est ainsi dévoyée sur tout ce qui préside à sa confection, qui précède son utilisation. Non qu’il ne soit légitime de s’y intéresser, mais elle ne saurait jamais tenir lieu d’une problématique proprement vestimentaire au dépens de ce que le vêtement lui-même produit techniquement.
Il va donc s’agir d’envisager ici en quoi le bijou participe des mécanismes du vêtement, comment il est lié à tout autre pièce, comment il tient de la même technicité, comment il contribue aux mêmes finalités.

2

Le bijou est ainsi une manipulation par cette façon technique de s’en revêtir qu’on pourrait appeler tout bonnement la vêture, qui nous fait passer, enfiler une pièce d’une part et, d’autre part, la porter par un certain maintien et une démarche qu’elle conditionne. Une manipulation parmi toutes les autres par lesquelles nous nous habillons, comme d’agrafer une robe ou de passer un pantalon. Mettre et fermer son collier est un geste de la machine « habillage ». Ainsi dit, de nombreuses et particulières manœuvres président à l’habillage bijoutier, constituant, à proprement parler, la technique vestimentaire du bijou. Comme les contorsions pour passer les boutons de manchette dans les quatre boutonnières de la manche, y compris celle qui n’est pas à la main habile, ou pour fermer le bracelet de la montre ou le fermoir du bracelet, poignet retourné pendant que l’autre main se débrouille seule à l’exercice et que l’avant-bras coince contre la poitrine l’objet qui tombe; gymnastique scapulaire assouplissante pour, à l’aveugle, les bras au dessus de la tête, tripoter le fermoir de la chaîne, ou plus difficultueux encore, manœuvrer la mystérieuse olive de la sûre fermeture du collier de perles ; installer le grand peigne dans la coiffure, l’aigrette, le diadème, le serre-tête ; retrouver et viser le trou du lobe de l’oreille, tout cela éventuellement les gestes inversés dans le miroir ; visser quelque piercing dans l’aile du nez, le sourcil, la lèvre, la joue, le nombril ; enfiler une bague à l’orteil ou deux bagues attachées d’une chaînette à un bracelet ; passer ou retirer une bague d’une phalange récalcitrante qu’il faut savonner ; passer un torque rigide autour du cou ou du poignet. Enfoncer l’épingle à chapeau là où il faut dans la coiffure et non dans le cuir chevelu, ajuster convenablement une fibule pour maintenir un drapé, rapprocher deux pans d’un vêtement, en sorte que ce soit efficace sans se piquer ou déchirer le tissu ; accrocher broche, médaille, plaque en ne prenant que l’épaisseur qu’il faut sans prendre celle du dessous et la peau même ; passer les crochets du formal dans les anneaux correspondants en se rentrant le menton dans le cou pour mieux viser. On comprend l’importance de la femme ou du valet de chambre qui pouvaient dispenser les maîtres des gesticulations imprécises, mais dont le domestique devait cependant se charger. Les subtilités précises des gestes manœuvriers de ce qui tient bien souvent de techniques quincaillières, quoique de luxe, sont assurément bien nombreuses et diverses et mériteraient plus d’attention quant à leur analyse, à l’estimation de leurs contraintes sur leurs formes mêmes, sur le vêtement qu’elles accompagnent esthétiquement ou pratiquement, et sur les comportements qu’elles permettent ou entravent.
Puis, quand toutes ces épreuves sont plus ou moins laborieusement passées, faire sa journée avec ces bricoles invalidantes — comme ne pas voir le diadème ou l’aigrette prendre du guingois, ne pas accrocher son collier de perle dans un geste brusque, ne pas prendre le chaton de sa bague à quelque dentelle, éviter de trop faire sonner une batterie de médailles — est une autre opération technique de tous les instants, dont on ne s’aperçoit pas toujours de l’attention qu’inconsciemment elle demande pour éviter les erreurs de manipulation. Les étuis de doigt à la chinoise, les bagues contemporaines solidarisant deux, voire trois doigts, ou encore les sectionnements de l’annulaire par l’alliance prise dans quelque machine outil, ne sont que des extrêmes, avant lesquels il peut y avoir bien d’autres difficultés plus communes du simple port d’un quelconque bijou. D’autant que l’affaire peut se compliquer de l’esthétique de ces gesticulations, d’une allure, quand le cliquetis scande les gestes, les déplacements, comme celui de la batterie de décorations à chaque pas, ou des rangs de perles, ou des bracelets bruissant de façon régulière à toutes gesticulations : « Droum boudroum, boudroum, tes bracelets tintent », rythme la chanson populaire grecque ! La marche solennelle est dans la traîne, dans la chape, qui relèvent les épaules, mais aussi dans la couronne qui impose le droit maintien et la marche régulière.
Et c’est par cette technique manipulatoire qui constitue proprement le bijou comme vêtement, que se produisent effets, manières d’être, actions et plaisirs.

3

D’abord, avec évidence, les bijoux font sensiblement de l’effet. Mais comme tout du vêtement : aussi sont-ils autant faits pour se fondre dans un costume, se mêler exactement à sa trame en un seul objet que pour s’additionner à lui. Le geste technique sera différent, mais la finalité identique. Le vêtement peut donc être totalement bijou quand la joaillerie lui est directement intégrée. Les feux des tailles, les brillances des métaux et des polissages, les couleurs des pierres et des émaux accompagnent ou doublent alors les chatoiements des soies et des satins, les bordures précieuses des galons, les motifs des tissus et les dessins des broderies ou des dentelles : particulièrement au XVIe siècle, les grands costumes de cour sont ainsi enrichis de semis de perles ou de pierres, qu’accompagnent déjà les broderies de fils d’or ou d’argent. Sans surprise, la couronne est tout à la fois coiffure et bijou. Tout au plus fait-elle plus bijou quant il n’y a que l’armature, ou sensiblement vêtement quand la coiffe intérieure se développe ou quand elle se fait toque tout emperlée, comme celle de l’archiduc Ernest d’Autriche, ou mitre dite justement précieuse quand elle s’orne de pierres en tout genre. En définitive, n’importe quelle pièce de tissu peut se trouver enrichie somptueusement comme le sont antependium ou conopées.
Plus communément cependant, par les différences de savoir-faire autant que par les avantages d’une autonomie qui permet indéfiniment les réassorts d’une constante redisposition, les bijoux sont pièces vestimentaires indépendantes. Ils ne se composent pas moins, pratiquement et esthétiquement, comme effet visuel, avec les effets des autres vêtements : toutes les matières dont on se vêt – les précieuses comme les autres — s’associent en camaïeux, en soulignement, en contraste, en répétition de couleurs, de formes, de style dont la classique « parure » est exemplaire : le collier accompagne la forme de l’échancrure du décolleté d’une dernière broderie sur la peau vive ou termine et borde l’encolure, les bracelets soulignent l’emmanchure en alternance ou en complémentarité des dentelles engageantes des manchettes, le diadème termine, chapeaute la composition, les boucles d’oreilles la ponctuent symétriquement, la broche rappelle le motif sur le corsage, la bague sur le doigt. Mais tout autre bijou bien mis, bien porté, se place suivant cette ordonnance esthétique de la technique qu’est à proprement parler la parure, celle-là même qui est à l’œuvre dans les essayages, les essais de l’habillement ou l’on passe celui-ci, ou plutôt celui-là, suivant l’idée qu’on se fait de la composition des couleurs et des formes des différentes pièces vestimentaires.
A contrario de cette ordre de la parure, cette indépendance matérielle de l’agencement permet tout autant de négliger cette ordonnance des effets, de n’avoir plus cette régulation de la technique par elle-même qu’est l’esthétique, au profit de simples dispositions pratiques que seul l’usage couvre et justifie : les plaques endiamantées des grands officiers des ordres s’étalent, quant elles ne s’accumulent pas en lourdes constellations, sur les bas côtés des habits de soirée et les flancs des bustiers des altesses avec quelque portrait de majesté souligné de brillants ; les broches des médailles pendantes, même miniatures, ou leurs barrettes, enjambent maladroitement les revers des vestes ou les poches de poitrine, ou les broderies vertes des académiciens, les fourrures blanches des magistrats, les revers noirs des toges universitaires ; les cravates d’ordre pendent sur les cols de chemise et de veste, sur les nœuds papillon ou de cravate. Et certaines personnes intempérantes multiplient les colliers, les bracelets ou les bagues de métaux, de couleurs, de styles différents, dans un désordre accumulatif pas toujours composé, appréciable et créatif ! C’est qu’aussi beau, précieux ou valorisant soit-il, le bijou peut s’étaler n’importe comment et, comme parure parmi les autres, se mal composer, comme un vêtement qu’il ne cesse d’être jamais. Prestige ou fatuité, il flotte également comme un ridicule dans ces inattentions des grands costumes officiels ou des débauches de coquettes. On ne s’affranchit pas sans conséquences des conditions de la parure, comme esthétique de la composition de toutes les pièces vestimentaires, dont le bijou peut paraître, dans l’usage même du mot, comme l’exemple parfait, mais qui le déborde totalement en impliquant l’ensemble des modes de l’agencement.
Plus précis que les simples effets sensibles, le bijou écrit parfois, mais plus souvent image en produisant cette fois explicitement du sens : celui du concept que technicise l’écriture ou l’image. Laquelle image, du Saint-Esprit à la coccinelle, est une constante référence des histoires de bijoux.

4

Il ne faut cependant pas confondre, comme on y est si souvent coutumier, le sens ainsi précisément produit par la technique et celui que tout observateur est susceptible d’y projeter suivant l’idée qu’il s’en fait, par le langage dont le propre est de faire du sens, même là où il n’y en a pas, en commentant tout, en le causant en tous les sens du terme. Ce qu’on pourrait appeler la vestignomonie, comme la construction d’une connaissance à partir du vêtement, s’applique aussi au bijou qui en fait partie. On peut penser et s’imaginer tout ce qu’on veut ou ce qu’il est convenu de penser de n’importe quel bijou. C’est le tonneau des Danaïdes de la symbolique ! Où en définitive, le tout qui fait penser à n’importe quoi n’a de valeur pour l’historien ( le psychanalyste pouvant trouver sens au plus singulier) que si l’on peut démontrer l’existence partagée de la convention qui détermine le sens. Car il n’y a guère de logique prévisible dans le vert qui, dans la même Eglise catholique, est celui du « temps ordinaire », de l’espérance, du poison ou de l’évêque, ni beaucoup de cohérence dans le rouge liturgique pour les martyrs, l’Esprit Saint ou la royauté du Christ. Les pierres, comme les fleurs, ont ainsi la fâcheuse tendance de signifier tout et son contraire. Méfiance et prudence doivent être la rection de l’exégèse. Ainsi, il n’est pas inhérent à cette matière étonnante en bijouterie que sont les cheveux, qu’ils soient, comme reliques, funéraires, amoureux, ou même simplement appropriés : l’extrême particularité de cette matière naturelle ne crée pas de soi une de ces symboliques chargées et ce peut n’être qu’un moyen d’exception de tresser, tisser, délimiter un motif avec une matière remarquable. Comme en toute situation archéologique, il faut pouvoir d’abord démontrer l’existence du sens pour interpréter l’indice. De lui-même, il ne veut rien dire, sauf à croire fallacieusement qu’il y a comme un système de signe.

5

Mais c’est certainement dans la fabrication du social que, solidairement avec les autres pièces vestimentaires, le bijou participe à une finalité centrale, celle d’une étymologique investiture.
Ainsi, en premier lieu, en matière de caractérisation du groupe dont on est, l’alliance si bien nommée confère l’état matrimonial, l’anneau « du pêcheur » fait le pape et « prélatice » fait l’évêque, de même que la croix pectorale. Plus modestement, la médaille de baptême ou la gourmette du prénom manifeste l’agrégation au groupe d’église. Les décorations commémoratives vous agrègent à ceux « qui en ont été », comme la « légion d’honneur » vous fait légionnaire. Même les dits grades, dans ces ordres de mérite sont plutôt des subdivisions qualitatives de valeur que des fonctions : et les officiers et les commandeurs ne commandent rien.
En second lieu, dans cette production sociale vestimentaire, il n’est pas seulement question de distinction de qualités, mais encore de mode social de l’association. Alors la joaillerie est aussi inséparable, traditionnellement, de ces équipements d’un « être ensemble ». On peut avoir des boutons de manchette « de tous les jours » et d’autres « du dimanche », et plus encore « de soirée », pour être ainsi accordé aux autres, comme il en est du reste de l’habit. Ce partenariat s’établit autant, dans les soirées de gala, par les grandes parures, les diadèmes, les colliers, boucles d’oreille, broches de pierres précieuses, que par les robes longues du soir ou les gants longs ; autant par les plaques brillantes et les cordons, les grands croix en sautoir que par les grands uniformes. Sans que cela soit possible à préciser typologiquement – et donc, de ce point de vue, les classifications formelles sont inopérantes — car les variations sont infinies et que le phénomène tient sociologiquement de l’arbitraire, il y a des bijoux de gala, de soirée, de cocktail, des bijoux de jour, de sortie ou de fête familiale. Et ce serait une faute, non tant de goût que de mœurs, que de se tromper de genre et d’être ainsi ou trop habillé ou pas assez, par le simple fait de l’inadéquation de la parure aux autres protagonistes de l’occasion. Ce lien, ce regroupement ne se fait pas qu’avec les co-présents. Par sa durabilité, le bijou est souvent réappropriable : il peut alors être relique de celui qui l’a porté auparavant, ou qui l’a offert. Il est ainsi comme agrégatif à l’autre : bijou de famille, d’amour, de mort, l’appropriation d’un bijou à quelqu’un est le moyen par son port de réassumer son lien à lui. Une circonstance est particulièrement sensible aux erreurs d’appréciation de ce qu’on peut porter comme bijou : ce qu’on appelle un peu abusivement le deuil, où se confond le sacrifice auquel se doivent les proches et le diapason de retenue que doivent garder les simples relations le temps des obsèques. Le moment est difficile de la juste appréciation des bijoux qui seront convenables par rapport à tous et aux proches : trop d’austérité, et ce sera comme une ingérence dans une perte qui n’est pas sienne ; mais trop d’effet, et ce sera une divergence incongrue d’avec le groupe, une frivolité sinon une vanité indécente en la circonstance.
Il est encore des bijoux qu’on pourrait qualifier d’emblématiques, comme caractérisant le rôle, comme définissant la qualité de la charge : la couronne concentre en quelque sorte la charge royale, comme le grand collier de la Légion d’honneur, celle de la présidence de la République.
Enfin, ce qu’on pourrait opportunément appeler la partie, celle qui se joue en effet sur tous les théâtres de la société, s’équipe de bijoux où les moins chargés, les moins caractérisés ou visibles n’en sont pas moins indispensables au fonctionnement normal de la machine vestimentaire. Les grandes occasions sociales viennent évidemment en exemple : la couronne est assurément la pièce maîtresse de la charge royale, la plus visible et la plus symboliquement commentée, mais il n’en reste pas moins qu’au couronnement d’Angleterre il faut aussi les éperons, l’anneau et les bracelets. De même, le vestiaire épiscopal comporte la pièce d’orfèvrerie qu’est le formal qui retient le pluvial, alors qu’on n’en remarque guère l’existence et que peu savent qu’en étant seulement porté dans sa juridiction, comme la crosse, il complète l’investiture du pontife dans sa responsabilité. L’anneau pontifical est, pour l’évêque, l’adaptation au rôle de célébrant de son anneau épiscopal d’état, en ce qu’il est plus large pour se porter sur le gant liturgique qu’il complète lors des célébrations. Comme plus modestement, en costume, on ne saurait se dispenser des boutons de manchette sans lesquels, strictement, on ne serait pas sortable et qu’ils font la mise normale de la chemise « à poignets mousquetaires ». Pour être convenablement habillé, il faut tout, de pied en cap : il n’y a pas de pièces secondaires puisqu’elles sont toutes nécessaires.
C’est même là, de cette façon sans doute que les dits « bijoux fantaisie », et l’utilisation qui en est faite, trouvent leur vraie raison d’être : strictement, même médiocres, même faux, ils complètent la tenue avec tout ce qui lui est nécessaire pour que la pièce se joue vraiment comme elle se doit. Suivant les mécanismes de la technique elle-même, esthétiquement, ces bijoux communs, de peu de valeur intrinsèque, ne sont même pas toujours bienvenus : pas toujours bien placés sur le revers, peut-être un peu trop gros, ou petits, de proportion inadaptée ; peut-être en trop, ce collier de perles par dessus ce foulard, ou ces pierres mal harmonisées sur ce tissu sinon entre elles, comme ce mélange mal réglé des bracelets et des bagues d’or et d’argent, ou de chaînes et de perles. Mais dans certains rôles, on ne saurait être complètement habillé sans bijou, sans ce qu’il faut sur le décolleté, le corsage, le manteau, le bout des manches, les doigts. De plus, artistiquement cette fois, suivant les mécanismes du jugement, ces parures communes ne sont peut être pas non plus très appréciées avec justesse : il vaudrait mieux toujours choisir entre la montre et le bracelet, mettre moins de bracelets et pas aux deux poignets, de même et plus encore, des bagues ; et toutes les décorations ne sont peut-être pas opportunes, trop de plaques se nuisent et se dévalorisent ; on évite de mettre plusieurs sautoirs de commandeur autour du col et plus encore par dessus le rabat de la toge : maladroit et vain ! Mais malgré toutes ces objections qui tiennent au jugement d’art, il faut quand même que tout y soit et qu’il ne manque rien au harnachement du rôle, même mal mis et pas très beau. Toute cette quincaillerie plus ou moins intempestive paraît malgré tout terminer parfaitement les tenues en ce qu’elle les fait complètes. C’est que ce mécanisme social du bijou comme du vêtement en général, est bien au bout du compte indifférent à l’esthétique technique comme au jugement d’art : le fonctionnement social, essentiellement, est en cause.
Comme il est plus encore indifférent à l’organisation sociale de la production et de la commercialisation qui font qu’il y a des initiatives premières et d’autres subalternes : par quoi se fonde la notion fallacieuse d’accessoire. Vestimentairement, il n’en est pas puisque tout doit y être de ce qui fait fonctionner l’habit. La notion ne tient que du vocabulaire du producteur, pour lequel il y a bien ceux qui comptent en premier, dans l’initiative, le financement, l’organisation, et d’autres en second, dont le produit paraît secondaire, accessoire.
Au point que, constitutif du lien et du rôle, comme le reste de l’habit, le bijou n’échappe pas à la situation où pourtant, dans le cercueil, il n’est plus question d’exhibition moins encore de « signe », sinon aux Goules ! Les morts cependant gardent parfois leurs bijoux, comme la meilleure manifestation de la pérennité de leur appartenance à leurs groupes sociaux ou à leurs fonctions, malgré leur disparition de la vie : ils conservent l’alliance, comme si rien n’était malgré tout rompu, ou quelque autre bijou propre, leurs médailles par exemple, définitoire d’eux-mêmes, pour eux comme pour leurs proches. Jusqu’à ce qu’ils partent, en grand habit, avec des pièces plus exceptionnelles : les réputations ou les légendes expliquent alors les étonnants viols de sépultures.

6

L’histoire du bijou, à l’inverse comme histoire du produit et non plus production de l’histoire, n’est point à plaider, tellement elle risque d’être au contraire hypertrophiquement faite puisque, avec l’histoire de la confection, comme organisation sociale de la production, l’histoire des formes est la problématique essentielle et incontournable des études de tout art, même décoratif, même appliqué. Quelques mécanismes particuliers seraient malgré tout analysables encore. Par exemple les durées des styles bijoutiers et leur mélange avec les autres styles vestimentaires : ça s’explique sans doute, pour une part, par la conservation des uns opposée à la fragilité des autres, mais aussi parce que leurs temps doivent être différents, que les formes des premiers se démodent moins, s’adaptent plus à des vêtements différents. Qu’ainsi la même personne peut changer d’histoire aisément en changeant de bijou, en en portant d’anciens sur des tenues récentes, comme il ne peut guère le faire inversement avec les autres pièces vestimentaires, sans craindre de paraître déguisé. Et par le fait, dans une même situation, une même circonstance, un grand dîner, une soirée de gala, des joyaux de divers styles, donc d’histoires différentes, peuvent cohabiter sans incongruité, entre eux et avec un vestiaire normalement plus contraint à rester du même style contemporain. Autre exemple encore de ces jeux sur les mécanismes de l’histoire et donc des styles : tout en restant « bourgeoise » et hôtesse qui reçoit, la même femme dispose de bijoux « de ville et de champs », « de campagne », pourquoi pas « de mer » ou « de montagne » ou de voyage, qui font changer d’histoire, non plus dans le temps mais dans l’environnement, sans changer socialement de position ou de rôle, comme il y a des vêtements d’hiver ou d’été, d’ici ou de là-bas. Jusqu’à ce que, l’écart se faisant trop sensible, ces différences de styles, de guises, fassent tout bonnement déguisement quand même, et que le bijou devienne trop marqué temporellement, ou « localement ».

7

Deux autres finalités du bijou sont encore envisageables, quoique il faudrait approfondir l’enquête pour en diversifier les exemples. D’une part les bijoux « agissent » pour nous et nous dispensent d’action. Sans perdre leurs effets visuels remarquables ni leur caractère convenable à la circonstance dont on vient de parler, certains bijoux servent encore une autre fin dans une active fonction d’assemblage, de maintien d’une partie quelconque de l’habit. Très brillamment parfois : les diamants faisaient aussi office de boutons de plastron et les boutons de manchette, souvent précieux, maintenaient fermés les poignets des manches, comme l’épingle de cravate, de perle ou de pierre, faisait bouffer la lavallière ou fixait les deux pans de la régate, l’épingle à chapeau le fixait au chignon, les fibules raccrochaient les drapés, les étoles, les écharpes, depuis la plus haute antiquité puisqu’il s’en trouve tant en fouille. De même les broches ferment, rapprochent, comme les formals des pluvials liturgiques. Si certains retiennent, d’autres contiennent : le chaton d’une bague peut receler quelque poudre néfaste, un médaillon contenir des cheveux, un petit étui accroché au bracelet ou au collier protéger un billet inscrit, ou quelque amulette magique.
D’autre part, ils participent, comme tout le vêtement, des phénomènes de production de l‘interdit, même si ce n’est pas immédiatement repérable, ou plus visiblement des stratagèmes de ses contournements. Ainsi peut-on considérer les bijoux de jais comme le moyen d’éviter les exigences du deuil en tant que sacrifice de soi, de ses plaisirs, qu’on fait au mort pour ce qu’on lui doit, et qui demande qu’on abandonne en ces circonstances les satisfactions du brillant, des couleurs, des beautés de motif : tout cela revient d’une autre façon détournée par laquelle les mêmes effets de décor et de brillance, mais astucieusement sombre, redeviennent possibles. Les diamants et les perles sans couleur font aussi cet office de ne pas trop en faire tout en faisant quand même. Le choix d’un bijou peut être à tout instant le moyen de se permettre un à la place d’un autre qu’on ne s’autorise pas.
Mais outre qu’ils peuvent expressément produire de l’interdit et de la permission, ils sont eux-mêmes objets d’interdits, d’appréciations, de jugements. Au delà des plaisirs immédiats qu’on en tire, les bijoux peuvent paraître comme les parangons du désirable à tous les prix, comme du « beau ». Il est plus qu’attendu qu’ils rentrent dans le domaine du plaisir et de l’appétit, du désir et d’une économie morale de la satisfaction où tout ne se fait pas.
Cette exploitation de l’appétit, d’abord, en quoi consiste essentiellement ce qu’on peut appeler la mode, trouve bien dans ce monde du bijou un lieu exceptionnel d’investissement en tous les sens du terme. D’investissement d’un désir positif et réel à satisfaire immédiatement : il n’est pas étonnant que tous les bijoux se volent, envers et contre tout, malgré toutes les protections et tous les dangers, en ce que désirables comme bien, ils deviennent aisément le prix d’un bien plus utilisable en numéraire à la revente. Il sont l’exemple même du luxe des choses, et en conséquence, ils sont la cible privilégiée des lois somptuaires qui règlent les débordements de l’intempérance, des débauches, tant de la dépense non mesurée du prix, que du bien dispendieux de moyens trop somptueux et rien moins que limités. Tant il est vrai que sans doute, plus qu’en tout autre art, le bijou se permet les outrances du trop : d’or, de diamants, de pierres précieuses, d’émaux, d’effets, de travail, de savoir-faire. Des regalia au Collier de la reine, des montres contemporaines des Emiriens aux parures des grandes mondaines, des accumulations de maladroites coquettes à celles de tant de costumes traditionnels, on ne manque pas de ces étals bijoutiers sans mesure ni retenue : deux qualités que les attributs traditionnels de la grande vertu morale de la Tempérance représentaient sous la forme juste de l’horloge et du mors.
Mais dans le même mouvement, l’investissement se moralise aussi, s’ordonne en ce que tout n’est pas possible. Même dans ces genres décoratifs où pratiquement tout ce que permet la prouesse technique est reconnu comme satisfaisant, c’est-à-dire en d’autres termes beau, il y a malgré tout un système qui régule, limite et ordonne moralement cette tendance facile à exploiter toutes les possibilités de la technique, tous ses effets. Si certains costumes populaires sont purement accumulatifs, d’autres, sans se refuser les facilités des broderies couvrantes, des galons, des colliers, des pièces de métal précieux, des effets en tout genre, mesurent encore ce qu’ils s’autorisent, tant les qualités que les quantités.
La règle morale de ce qui plait peut encore se mesurer sur celle du travail bien fait, par laquelle est bel et bon ce qui se fait justement dans les règles. Ce critère de jouissance dans la maîtrise, en son sens quasi artisanal, se retrouve dans ce prestige des grandes maisons de joaillerie, similairement d’ailleurs aux maisons de haute couture, où, sous prétexte que tout se fait dans les règles du métier, tout sera parfait : le sertissage invisible permet ces nappes de pierres précieuses, dont le résultat est qu’en quelque sorte la pierre étalée en rivière n’a plus guère de feux et s’étale en écailles continues : mais on peut se demander alors si la perfection technique n’a pas gâché la lumière. C’est un peu le sort du succès des productions de cette haute joaillerie dont la beauté des pierres et l’extrême maîtrise des savoir-faire masquent difficilement la pauvreté d’inspiration des plumes de paon ou des jaguars.
Enfin le beau du bijou se régule dans une esthétique morale de l’abstinence, celle qui consiste à ne pas mélanger les métaux ou à limiter les divers effets en couleurs ou en taille des pierres, aussi bien qu’à se retenir en ne mettant qu’un bracelet, qu’une bague, jusqu’à s’en abstenir, car l’absence peut être ce qu’il y a de mieux à revêtir : le plus beau décor peut être la peau nue d’une belle gorge ou d’un bras, ou le seul effet du vêtement lui-même ! Dans cette satisfaction acculturée du jugement, l’absence est un plaisir, un art, comme s’il existait un degré zéro du bijou qui comptait tout autant que ses étalages. Si l’enjeu est la beauté de ce qu’on porte, de cette technique vestimentaire, il faut savoir parfois ne rien porter, car la qualité de chacune des pièces ne fera pas obligatoirement celle de l’habillage.
Entre ces trois type de mécanismes, en quelque sorte, varient nos jugements et nos appréciations des plaisirs cultivés que nous tirons du monde des bijoux qui les déterminent aussi fortement que leurs valeurs intrinsèques conférées par leur nature et leur travail.

8

Ce n’était donc pas une étude mais bien plutôt un programme d’étude recentré sur le bijou comme vêtement, tentant d’articuler au mieux l’ensemble des phénomènes qui le concernent à ce titre. Les pierres, les métaux précieux et leurs techniques, leurs créateurs et leurs styles ont reçu amplement leur part d’attention et d’admiration, comme, dans les domaines de la couture et de la haute couture, les qualités des tissus et des coupes et l’art des couturiers. Il est temps de développer les études du vêtement proprement dit. C’est à la pièce vestimentaire que sont les bijoux, avec tant d’autres productions modestes, colifichets et brimborions aussi bien que décorations officielles, et à ses mécanismes dans l’habillage, qu’il faut maintenant s’intéresser.


Pour citer cet article

BALUT, Pierre-Yves (2023). Un rouage de machine à vêtir : le bijou. Ramage [ressource en ligne]. Paris : Ateliers d’archéologie comparée, 2023.
Accès < https://arc.hypotheses.org/662 >



Citer ce billet
gbellan (2023, 9 janvier). Un rouage de machine à vêtir : le bijou. ArC - Ateliers d'archéologie comparée. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbsd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search